DSC_0046

En bref, ma rentrée s'est bien passée. Comme d'habitude, j'y allais à reculons mais la première journée a balayé le vilain bourdon que me donne toujours le retour en classe. Des mots comme "vous nous aimez bien et nous aussi" qui tombent comme ça, c'est un petit morceau de sucre, non ?

Cela apaise un peu les crispations qui se forment autour du chef et de son manque d'implication dans l'établissement (sauf pour faire des statistiques...) alors que tout le monde se décarcasse (s'époumone ?) à éduquer quelques petites âmes en errance qui font ce qu'ils veulent du bahut. J'ai eu 3 réunions parents-profs et ce ne sont pas les parents de ceux-là que l'on voit, bien sûr. Depuis que je suis maman je me rends compte à quel point cela coûte (temps, énergie, réflexion) d'élever un enfant. Et que cela doit rester la priorité même quand le reste part un peu en sucette. Apparemment ce n'est pas ce que pensent certains et cela m'attriste. C'est comme ça !

Depuis deux semaines nous aménageons le bureau, ou plutôt nous vidons la pièce encombrée qui se destine à l'être. Clotilde peut rester un moment à gribouiller sur une feuille, farfouiller dans mon tiroir à bazar, ouvrir les boîtes que je lui laisse où se trouvent de nombreux trésors (animaux, playmobil, toupie, gadgets en tout genre). Il reste encore beaucoup à ranger mais je peux me tenir au centre de la pièce et regarder le jardin (à travers les vitres qu'il faudra laver aussi)

Pour une fois le temps ne me donne pas trop le cafard. C'est vrai, ma foi, ça va plutôt pas mal. Et vous ?