DSC_0119

Le biberon vide est resté sur la table basse. Le soir c'est notre moment à Clotilde et moi. Le seul de la journée où elle peut rester contre moi sans se contorsionner. Je la cale sur le gros coussin dans un coin du canapé et je m'allonge à côté d'elle. Ce soir j'ai fermé les yeux un instant et, mon oreille tout près de son petit cou j'ai entendu le bruit du lait dans la gorge, qui me rappelle qu'un jour, et pendant longtemps, j'ai l'ai moi-même donné.

J'aime bien faire perdurer cette proximité de lait. Je ne la nourris plus mais tous les soirs je repense à ces longs mois de tétées à deux, rien qu'elle et moi. Des débuts difficiles, de la vitesse de croisière et de la fin. Des lectures approfondies, des échanges avec d'autres mamans et ce coup de fil deséspéré à InfoAllaitement54 il y a un an avant la reprise du travail.

Je ne regrette rien. Et ce soir ma chérie quand je t'ai tenue compagnie sur le canapé, j'ai pu me souvenir des picotements dans la poitrine et du lait qui jaillit, et je t'en remercie. Ces sensations me sont chères et elles sont à jamais gravées dans mon corps.