J'aurai bien essayé, aujourd'hui, d'être patiente, câline, souriante. Mais voilà un mois que je tourne en rond à la maison et que ça me pèse de plus en plus. Ce soir j'ai un peu le blues...

Je me rappelle ce que j'écrivais il y a un an, à propos de la perte d'une partie de moi-même dans la vie à la maison. Et c'est cette frutstration-là, ce manque, que je ressens à nouveau aujourd'hui. Je ne suis décidément pas faite pour la vie de femme au foyer, d'autant plus que je me sens comme emprisonnée ici avec Clo qui dort encore pas mal mais seulement dans son lit...

Il y aura bien eu cette excursion à la Poste de notre nouveau quartier pour chercher un recommandé mais pas de bol: Poste qui n'ouvrait que 25mn plus tard, pas le temps de rentrer, une chaleur à crever -petit vomi dans la poussette...- et doudou oublié à la maison. Perdu 1h15.

Et aujourd'hui pas de sieste de l'après-midi, des chigneries intermintables, pas possible d'aller faire quelque chose de mes mains dans le nouvel appart, et voir tout le monde s'activer ça me fout un coup au moral parce que moi je ne peux pas. Je déteste le ton que je prends avec ma fille qui m'excède à être sans arrêt dans mes pattes, les mouvements brusques que je regrette de suite.

Ce soir il fait lourd.

 

edit: j'ai rajouté le journal du Chat dans mes liens. Depuis le temps que je devais le faire...Tout lu, ça fait un bien fou.